L'esprit maison

« On ne prend pas suffisamment l’humour au sérieux. »   Konrad Lorenz

 

Cette phrase nous l’avons fait nôtre. La redire encore et encore c’est rappeler la fonction vitale du rire, sa force de réflexion critique et poétique, de liberté et de rapprochement. Au Klou nous aimons bien rire et pour tout dire le rire est au centre de nos préoccupations et de nos recherches. Nous considérons qu’il n’exclut ni la pensée ni l’émotion, nous pensons même qu’il les favorise par la mise à distance qu’il impose.

Ce rire, que nous souhaitons insolite, insolent, émouvant, loufoque, dérangeant peut-être, nous l’abordons par le biais du travail autour du Clown de théâtre qui constitue notre socle commun. Pour nous, faire du clown, c’est une quête de l’imperfection idéale, c’est s’ouvrir un peu plus au théâtre et l’ouvrir un peu plus au public, c’est lui proposer des formes inattendues et lui donner l’envie de nous accompagner dans nos rêveries. C’est lui proposer un rire différent.

Ceci dit notre intérêt pour le clown n’est pas non plus exclusif, il ne nous ferme pas à d’autres formes. Outre nos accointances certaines avec le théâtre dit «  d’images  » et «  d’objets  » (nous préférons « théâtre avec les objets » ) nous restons très attachés au théâtre dit de « texte ». Il est certain que notre parcours Clownesque influence notre manière de penser et de concevoir nos projets théâtraux, même s’ils ne sont pas tous nécessairement de nature clownesque.  Nous considérons cette influence comme une richesse, non comme une trahison ou un gadget.

 

 

square-JFokJean François Maurier


En savoir plus sur la compagnie
Jean-François Maurier est le chargé du projet artistique de la compagnie « le Klou » portée sur les fonds baptismaux en juin 2013.
Nous entendons procéder à un travail de recherche, la création originale étant l’objet principal de l’activité, l’axe autour duquel s’organise notre projet et dont nous mettons en œuvre la diffusion la plus large possible.

Et comment qu’on travaille?

comment-quon-travaille-usine-clowns-OK

 

En lien avec notre quête clownesque, ce qui nous « consolide », c’est une certaine manière de créer ensemble. À première vue notre façon d’avancer peut paraître chaotique, c’est sans doute le clown qui veut ça. Sa maladresse autant que ses assurances, son goût pour l’absurde, l’inutile, l’improbable, sa poésie, son sens de la rupture, ses échecs glorieux, ses réussites minables et surtout sa force d’interrogation déteignent sur notre manière de chercher collectivement. Dans la pratique, une fois les choix thématiques opérés par le metteur en scène ou un membre de l’équipe, étayés le plus souvent par des lectures très sérieuses, nous travaillons suivant un processus d’improvisations/fixations, une grande importance étant accordée à « ce qui échappe », à ce qui se rattache au fonctionnement onirique. L’écriture et la finalisation de nos projets est ainsi l’affaire de tous, faisant de chacun de nous, à des degrés divers, des « acteurs/auteurs » sans d’ailleurs que le texte soit prépondérant et structurant comme dans les formes théâtrales traditionnelles. Cette « écriture » nous tentons de la mettre au diapason du cheminement de la pensée clownesque, tout en maintenant la volonté de tenir un propos et de dégager du sens. Notre méthode de travail nécessite temps, écoute, complicité et exigences partagés.

 

 

[Best_Wordpress_Gallery id= »6″ gal_title= »Atelierespritmaison »]